PLATINUM SEKSTOY

Chères amies, followeuses, amatrices de musique, et leurs homologues masculins.

En 1977 je partais, la peur au ventre, en colonie de vacances pour la première fois. Steely Dan sortait son sixième album chef d’œuvre ”Aja”, au sommet artistique avec des titres à rallonge et une instrumentation virtuose (avec le saxophone de Wayne Shorter en invité fantomatique, mais aussi Steve Gadd, Lee Ritenour, Mark Knopfler, Steve Khan, Tom Scott, Keith J’arrête, Jean Pass & Dé Meyeurs [1]…) à côté desquels il était conseillé de passer en courant à l’époque mais auquel le temps a depuis largement rendu grâce. Je découvris Steely Dan trois ans plus tard, en écoutant en boucle le vinyle ”Gaucho” de mes parents. Cet talbom mit trois années à se faire : opus dont la gestation fut accidentée et maintes fois interrompue. A l’arrivée, l’album est le plus abordable et chatoyant du duo même s’il trahit des signes de lassitude évidents, puisque le duo fit une « pause » de ONZE ans avant de sortir le suivant[2]. Il lui apportera en outre un dernier hit au groove infectieux (Hey nineteen) qui, neuf années durant, me ramena en enfance, étant devenu le générique de l’émission quotidienne ”Synergies” avec l’excellent Jean-Luc Hees, sur France-Inter bien sûr. A l’heure des braves qui rentrent à la maison : après le journal de 18H00, mais ça, on s’en bat les coudes.

Steely Dan était donc un duo américain composé de deux membres auteurs-compositeurs : Donald Fagen (chant, claviers) et Walter Becker (guitare, basse). Le premier fera une carrière solo avec l’excellent album ”The Nightfly” et son tube New Frontier dont le clip vidéo (terme devenu obsolète !) sur une vie post-bombe nucléaire me fascinait. « Aja » est donc LE album à connaitre, l’un des classiques de l’histoire de la pop, sournois et enivrant. A l’heure où le punk rafle la mise avec The Clash & The Sex Pistols, en 1977 donc ; Steely Dan s’accompagne de ténors instrumentistes pour produire des joyaux. Le groupe vend plus de 40 Millions d’albums (pauvre Jul[3]!), et les six premiers albums sont certifiés disque de platchine, oui « platchine » (façon cagole). Aja est titré DOUBLE disque de platine. Alors, y’a riéééng là ? C’est pour SLA que je vous en parle, ma foi !

A titre perso ce n’est pas mon nalbom préféré. J’ai démarré sur Gaucho, et je resterai là-dessus, comme un con. Alors que TOUS les sept premiers disques se valent : tous très bons, j’en ai fait une plélist : STEELY DAN’s BEST. Le visuel de cette liste de lecture explique le nom du groupe : un godemichet métallique issu du roman ”Naked Lunch” de William S. Burroughs. Je repensais au catalogue Manufrance, et plus tard La Redoute ou 3-Suisses, que nous garçons, aimions regarder aux pages ”santé” : il y avait des vibromasseurs présentés sur la joue :))) Et voui Madame : Steely Dan signifie cela.

Je profite de l’occaz pour vous signaler que j’ai terminé ma mission interminable : la liste de lecture The 500 GREATEST albums of all time. J’ai reçu du retour (MERCI !!!) critique, et je rappelle que j’ai respecté le classement (2012) de Rolling Stone[4]. Et, j’en conviens, y’a des sacrées merdes. Manu Roure me demanda s’il n’y a pas un ”TOP DIX”… genre : -Tu fais chier, y’en a trop ! Et c’est un peu vrai. Mais résumer une culture musicale à dix titres, voir dix albums serait comme pisser dans un violon, et pas crédible. Alors, ayant épluché la plupart des suggestions de l’algorithme à dix heures, je me suis créé MON classement : les 100 meilleurs albums de Pop-Rock, selon moi. Tout à fait subjectif, donc. Mais : zéro rap, zéro compilation, et UN SEUL ALBUM PAR ARTISTE (ça c’est TRES difficile !), et un assortiment plus international que le classement américano-américain. Écoutez, vous jugerez : 100 BEST ALBUMS.

Mes playlists Alone on the Moon & Masterpieces, ainsi que bien d’autres, se sont étoffées (de l’étoffe des zéros) et je vous invite à piocher dans toutes pour vous faire VOTRE TOP-finze. Il y a des nouvelles playlists : LIVE !, Accoustic & Celts. Épi, comme nos ami(e)s outre-Atlantique sont un peu réticent(e)s à la langue bien pendue de Molière, j’ai ouvert un compte chez le célèbre Spotiflaï historique ET leader, ainsi que sur Soundcloud, et posé mes listes chez eux. Alors, Selz & Sö qui ne ”savent” pas me trouver : le problème c’est vous ! Je précise, à toute finze utile, qu’à l’usage Deezer est BEAUCOUP mieux que Spotifly. Sans parti-pris, aucun. Notez que SODclown est une plateforme plus orientée vers les indépendants et artistes autoproduits. De fait, lors de l’import des listes, ledit site remplace les titres par les interprétations les plus populaires : excellent et à découvrir ! Mon seul morceau fait main a beaucoup de succès. Fait bouche plutôt : une course de mobylettes, 24 mobs a capella J.

Je serais très heureux de lire vos réactions, et si vous avez des comptes sur les plateformes citées, ajoutez-moi et/ou déclinez-moi votre pseudonyme.

Sur ce, je retourne à la 3D[5]. Plein-le-fût des playlists !

 

A tantôt, Shoe-back A.

 

 

Quelques liens utiles (comme s’il en manquait…) :

 

Mon compte Spotify

Mon compte Soundcloud

Mon compte Deezer

 

 

 

 

[1] Ainsik Michael Brecker, Larry Carlton, Jeff Porcaro, David Sanborn …

[2] Two against nature, 2000. 4 Grammy Awards. Différent et toujours excellent

[3] J’avoue : je ne peux pas le blairer ! Artiste arriviste !

[4] Toi pouvoir vérifier ici.

[5] Visitez et/ou télécaguez mes modèles.  Le plus récent vient d’être réalisé avec brio par notre fils Vico, 14 ans. Monitors studio en CP40 !

Scroll to top