Le calibre à bites

cVendredi 21 Février 2020 : Le calibre à bites.

.          Tout le monde me dit de couper ma barbe, sous prétexte que cela serait plus pratique, c’est sûr, à ce compte-là, yaka me raser intégralement. Et puis je ressemblerais à tous ces chauves, moches. Non, je garde et fais pousser ! Épi, ce n’est pas mon problème le nettoyage, c’est VOUS qui me regardez. Moi je m’en bats les coudes. Sakiébon quand on est aandjicapé. ! Pour ce faire, j’ai songé à un dispositif[1] avec deux rouleaux de tissu (façon dérouleur de serviette pour toilettes d’autoroute) sur le côté de mon fauteuil. Le tissu se déroule très lentement à gauche, et s’enroule à droite. Il passe sur ma poitrine et sous ma barbe, de manière à TOUJOURS avoir du tissu propre sous ma bouche. On économiserait 365 rouleaux de Sopalin par an. Et si je deviens célèbre (ou riche, tiens), on exposera mes repas : des bandes de tissu tendues sur 15 mètres de haut où tu vois la progression du repas. En haut la soupe orange de Nath ou le ”gaz pas chaud” à la betterave de Mimi : parfaitement magenta. Pour suivre, le plat du Résistant surprotéiné ”dans sa farandole” de colorants chimiques toujours teinte tomate. En finale, sur les bas de tous ces rubans tendus, un camaïeu de marron/bruns des cafés Ma Longo[2]. Une autre solution pour ne PAS salir ma pilosité faciale, serait de m’intégrer une assiette plate dans la lèvre inférieure, façon Raoni[3]. Ça c’est pratique, pas cons ces aborigènes ! C’est comme ces ”boucles” d’oreilles creuses qui te font un lobe géant que tu te trimballe jusqu’à la fin de ta vie. Trop nul. Et quand tu vires ledit plateau labial pour, par exemple te brosser les dents, t’as pas l’air con, avec ta lèvre inférieure sur le poitrail ! Non, on va rester sur les rouleaux de tissus. Voilà, une intro en mode barbe.

 

.          Vidauban-sur-Crématorium, once again[4]. Pour Alain. Un monde fou, on y revoit évidemment de vieilles connaissances. Les enfants de nos amis sont adultes et lesdits amis, la plupart séparés, ont les cheveux gris à présent. Certains ont morflé grave, à tel point que je ne les reconnais plus. Le funérarium est toujours aussi nase comme endroit avec ses ”ambassadeurs de la mort” en noir, mine triste. Quel emploi de merde ! Oui, emploi. Ça, ce n’est pas un métier ! Je reçois un paquet d’accolades à bactéries : c’était couru d’avance. Attente habituelle : des heures où les actifs se bouffent les nerfs. Je traque les enchaînements musicaux comme je l’avais annoncé. Et comme prévu, ça foire ! Je reviens sur ce précédent texte sur la cérémonie mortuaire où je demandais à mes potes d’ajouter des cartouches de Camping Gaz jusqu’au couvercle dans mon cercueil afin de bien ramoner le four, une seule et unique fois. Mon père de me le rappeler et on se fend la gueule dans cette atmosphère dépitée. C’est con, mais avec papa, pas moyen de rester sérieux, surtout lorsqu’il est souhaitable de NE PAS déconner ! Sakifo ! Rire de tout. Combien de messes avons-nous dû quitter, hilares ?! Simon me demande si je ne veux pas voir (visiter) le brûleur… et c’est reparti :). Bref, cérémonie réussie toutefois et discours très émouvant de sa fille adoptive.  Paix en ton âme Alain, farewell !

Le fait est, que l’on se met à réfléchir sur ses propres funérailles, naturellement. Et comme dit justement Nathalie Mafam, les cérémonies devraient avoir lieu au domicile, au lieu de cet endroit sordide. Mais, là je m’aventure sur un terrain inconnu. Terrain à creuser. J’ai donc réalisé une liste de lecture « Funny rails » pour  jouer à mes funérailles. Si le gonze croque-mort loupe un seul enchaînement, je compte sur vous pour lui casser la tête bien comme il faut. Le morceau principal de cette liste est Cristo Redentor du pianiste Duke Pearson, interprété à la trompette par le génial Donald Byrd. Idéalement, je réclamerais la troupe entière de Madeleine pour les chœurs, Jo au piano, Joe à la trompette, Pierre à la contrebasse, et bien sûr Juju aux percussions. Ça, ce seraient de vraies funérailles, dignes. Ecoutez Cristo Redentor de Donald Byrd, c’est juste énorme ! Pour info, le Christ Rédempteur est bien cette statue géante en haut du Corcovado (Rio), construite par le grand-père de mon ancienne cliente : Melle Landowski.

-It’s a small world, ain’t it ?

.          J’ai récemment eu un ras-le-bol d’être laissé seul SANS moyens d’alerte. Évidemment, ma poursuite oculaire plante régulièrement, et je me retrouve impuissant devant trois écrans ”en cours”…. Heureusement cette situation ne s’est pas encore produite sur un site de cul… ouf ! J’ai donc écrit à la O-Team, un préavis de grève, de la fin, des haricots. Quel autre moyen de me faire entendre ? Je n’en ai trouvé aucun autre, après TROIS ANS de demandes. Certes, un dispositif avait été mis en place, mais, au bout d’une semaine ledit truc fut mis aux oubliettes. C’est là que j’aurais dû faire un vié… (La con de moi !). Abrégeons. La tablette me RE-laisse en plan, alors que je suis seul, Natt et Vico faisant les courses à vingt kilomètres de là. Ma Piston-Cup déborde. Trop c’est trop. Je lance le courriel final : grève totale, y compris de communication (puisque n’étant pas devant l’ordi, je ne communique PAS). Jeudi, je reste couché, toute la journée dans mon jus. Je pue littéralement. C’est long une journée à ne RIEN faire ! Le soir, je fais un résumé de l’impact : bidon. Tout le monde s’en tape. Il me vient un malo crane de chez Saint Malo crane ! Mon corps endolori par le non-mouvement (Super, j’ai encore et toujours ma spondylarthrite ankylosante !) accuse le coup, privé de ses traitements médicamenteux habituels. Insoutenable ! Aucune légèreté de l’être 🙁

A 21H00 je supplie qu’on me lève, pour manger. Stop et faim de ma grève. Je suis bidon, en gréviste.

La finalité de cette vaine et triste tentative c’est que : mon corps ne supporte plus aucun écart. Je dois me plier à subir, pour rester vivant. Je me cacherai derrière le ”Il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis”… Toutefois, le mécanisme aura permis une observation des réactions. A part Toma et mon père, personne n’a moufté. Sympa. Je dois apparaître comme un enfant gâté capricieux,  à la con. C’est finalement vrai.

 

.          Du coca Laan, une anecdote croustillante sur le sexe, MON sexe. Rappelons qu’au retour d’And’ail j’avais demandé à Mafam de m’acheter des Penilex[5]. La prise de mesure avait traîné un peu, de sorte que son tripotis m’avait mis en Erex . Nath était donc revenu de la pharmacie avec des Penny-legs pour congolais-acteur-porno (bite flasque) ! Et toute la pharmacie me connaît… Afin de préparer une excursion conséquente en dehors de ma zone de confort, j’ai réitéré ma demande. Nath revient avec un ”calibre à bites”. Un grand moment pour tout homme ! Je ne sais pas si vous réalisez …  J’aimerais voir Thomas Vassal dans cette situation ! Se faire calibrer la bite !!! Moralité, je fais partie des… non vous ne saurez pas. C’est quelque chose ça : se faire mesurer la teub ! Fin de l’anecdote. Thomas est, comme bien d’entre vous le savent, mon meilleur ami. Ceci a le don d’agacer vraiment mon autre ami Pit qui ne cesse de se mettre en concurrence pour atteindre la marche supérieure d’un pseudo-« podium » dans son cerveau de champion de natation. Passons. Tom, sténkulé, ne répond jamais à mes courriels, promets la lune, a tous les défauts du monde, mais il sera toujours pardonné, parce que je l’aime. Épicez-tout. Et mon Pit velu aussi. Konzl Diz.

 

.          Maintenant, pour terminer cet article en bois : admettons que je sois Djef Baisos[6], l’homme le plus riche du monde. J’ai dit ”admettons”. Avec 154 MILLIARDS (neuf zéros !), qu’est-ce que je fais ? Je me suis amusé à configurer un MacPRO au taquet (toutes options) sur le site officiel Apple. On arrive à 96000 € avec trois écrans 32 pouces (foskifo). Si j’en achète dix, il me reste 153 MILLIARDS 999 MILLIONS QUARANTE MILLE euros. Et qu’est que ferais avec 10 ordis de compétition ? Cadeaux : un pour Luks, un pour Olivoil (il le revendrait pour changer le diesel de sa péniche !), un pour Pierrot el-Duce, et sept pour pièces de rechange. Deal débile ! Alors je ferais comme Louis[7] C.K. : ouvrir des boutiques de nourriture et accessoires pour chats. Chaque boîte de pâté « design » coûtera 1200 €.  Les couronnes ”à la Grisou” seront en or tronze carats massif, sur commande, à partir de 235000 €.

King’s Crownette

Le trône, dessiné par Djef lui-même, serait fabriqué à Cotignac à des milliers d’exemplaires en contreplaqué français manufacturé à Cotignac également. Il serait aux alentours de 96000 €, le prix d’un Mac qui ronfle.

King’s throne

J’embaucherai des équipes de DRH inutiles pour embaucher. On n’accordera aucune remise pour quantités, comme Apple, pareil. On ne vendra quasi rien, sauf aux Émirs, mais on s’en fichera royalement. Tu t’en bats les coudes de savoir si ça se vend, puisque t’as des milliers de millions à dépenser ! J’ouvrirai des boutiques partout, rachèterai tous les Décathlons et Intersports du Var pour y vendre des trucs pour chats. Et les sportifs de pleurer leurs supermarchés… Kiné Figatèèèèèlli devra aller chez Canova Chaussures ou Vallat-Sports, rue Barbaroux[8] à Brignoles pour acheter ses maillots et chaussures à crampons :). Et mes rachats contribueront à remettre des commerces dans les centres-villes. Les zones commerciales à ronds-points seront entièrement dédiés aux amateurs de chats. Et partout, dans tous les pays du monde, il y aura des chats de luxe, du moins des boutiques pour chats de luxe. C’est cela que je ferais si j’étais Peted Tühn comme Djef Baisos. Ah, j’oubliais, je rachèterai aussi toutes les propriétés d’un certain Graaaam pour les offrir à tous mes potes dans le besoin, cotignacéens, ou d’ailleurs. Une villa pour Tom, une pour Gabeloute, une pour Téhem…

.          Et toi, tu ferais quoi avec 154 Milliards ? Je te laisse méditer (rat né !)

.          A tantôt, les tantes hottentotes.


[1] Dispositif : Délicieux nom commun signifiant tout et rien à la fois. Je cite ”1-Ensemble de composants constituant un appareil.   2-L’appareil lui-même.” J’adore !

[2] Ma Longo :  Jeannie Longo est une coureuse cycliste française, avec 59 titres nationaux, 13 titres de championne du monde et un titre olympique. Pour sa retraite, la mère Longo a décidé d’ouvrir une entreprise de machines à cafés 100% fabriquées en France. La ”Ma Longo”, qui détrône toutes les autres machines, et dont les dosettes nous coutent un bras. Mais Canton-nem…

[3] Raoni Metuktire est l’un des grands chefs du peuple Kaya po vivant au cœur du territoire indigène au Brésil, et une figure internationale emblématique de la lutte pour la préservation de la forêt amazonienne et de la culture indigène.

[4] Prononcez [wanœguenn] « One again » à la Gérard Bardi.

[5] Penilex : Nom propre devenu générique (comme Frigidaire), produit par la société danoise Coloplast, c’est un étui pénien. Relié à une poche par un tube, tu peux pisser un coup sans prévenir dégun. Tu te promènes avec ta poche de pisse chaude sur le tibia, c’est super sexy. La publicité présente un quadra heureux avec sa petite fille sur les épaules, marchant les pieds dans l’eau à la plage. Genre, « Mon incontinence ne me gêne absolument pas… ». MDR + LOL. T’as le zguègg’ avec un autocollant puissant qui te tire la peau ! Avantage aux feuj’ circoncis ET rasés…

[6] Jeffrey Bezos est un entrepreneur et investisseur américain dans les domaines des technologies et du commerce. Il est le fondateur, principal actionnaire et PDG d’Amazon.com. Il est devenu la personne la plus riche du monde. Sa fortune est, en 2019 estimée à plus de 154 milliards de dollars américains.

[7] Louis Székely, connu sous son nom scène Louis C.K.  [luːiː siːˈkeɪ], est un humoriste, scénariste, acteur, réalisateur et producteur de cinéma américain. En 2017, Rolling Stone le classe quatrième sur sa liste des cinquante meilleurs humoristes de stand-up. Regardez-le, il est formidable.

[8] Souvenirs de 1977, quand Leclerc n’était pas le roi du Var.

Scroll to top